Une page d'histoire

La Renaissance d’un château du Clos-Poulet : Châteauneuf

Le château de Châteauneuf-d’Ille-et-Vilaine est une ancienne forteresse verrou du Clos-Poulet qui, malgré son classement parmi les monuments historiques en 1993, n’avait pas encore fait l’objet d’une étude architecturale approfondie. Les bâtiments encore présents sur le site témoignent d’un riche passé attaché à ce lieu et encore entouré de mystères.

Si certains auteurs comme Christophe-Paul de Robien[1] et Bertrand Robidou[2] ont résumé l’histoire de Châteauneuf à quelques clichés relatifs par exemple à un peuplement romain présumé à cet emplacement ou à la légende du fantôme de Renée de Rieux dite « la Belle de Châteauneuf », il convient aujourd’hui de modifier cette image et de redonner toute sa place à ce lieu historique encore méconnu.

Cette ancienne châtellenie, aujourd’hui chef-lieu du canton du même nom, a joué un rôle non négligeable dans l’Histoire de la Bretagne, dû notamment à ses propriétaires. La seigneurie de Châteauneuf a appartenu à différentes familles issues de la haute noblesse bretonne comme les Rochefort (de 1250 à 1423) et les Rieux (de 1423 à 1680), ou bien encore à l’illustre famille hollandaise, les Béringhen (de 1680 à 1740), comptant parmi les favoris à la Cour des rois de France, mais aussi les Baude de la Vieuville (de 1740 à 1858), une riche famille de négociants malouins.

Ces quelques pages n’ont pas l’ambition de retracer les dix siècles d’histoire de ce site castral mais tenteront de mettre en évidence l’évolution architecturale de ce site et par la même sa diversité stylistique correspondant à des époques différentes présentent sur un lieu restreint. Comme beaucoup d’anciens châteaux de défense militaire, au cours du XVIe et XVIIe siècles, le château de Châteauneuf fit l’objet de réaménagements. Ces travaux de réaménagement étant peu connus, le présent article consacrera une part importante à cette époque et à ses réalisations architecturales.